Publié dans Le mot de jargon de la semaine

Le mot de jargon de la semaine : business partner

Depuis quelques années, le terme de business partner, qui auparavant désignait plutôt les partenariats d’affaires conclus entre deux ou plusieurs structures, ou le cas échéant entre une entreprise et un ou plusieurs travailleurs indépendants, s’est immiscé à l’intérieur des entreprises, au niveau des fonctions support, et plus particulièrement des départements finance / contrôle de gestion et ressources humaines.

Lire la suite de « Le mot de jargon de la semaine : business partner »
Publié dans Expressions toutes faites

De l’esprit corporate

A partir du moment où l’on accepte un poste au sein d’une entreprise, s’exerce naturellement un devoir de loyauté envers celle-ci, souvent inscrit d’ailleurs explicitement dans le contrat de travail, au moins pour certaines de ses dimensions, notamment le respect de ce qui est considéré comme relevant du secret professionnel, la propriété de la création / de l’innovation faite par les salariés, et le non démarchage des clients par les personnes occupant des fonctions commerciales ou de direction en cas de départ de l’entreprise. Mais au-delà de ces aspects très ciblés, il est généralement attendu – ou tout au moins espéré – un soutien aux projets, aux valeurs et surtout une posture « d’ambassadeur » des produits ou services proposés aux clients / usagers / bénéficiaires.

Lire la suite de « De l’esprit corporate »
Publié dans Humour du dimanche

Des annonces de postes démotivantes

Régulièrement, l’on entend les opérationnels et les professionnels du recrutement et des RH déplorer que les candidats ne prennent pas la peine de personnaliser leur CV, même a minima, se contentent du seul CV sans même un petit message de personnalisation ou envoient des lettres de motivation standardisées sans être suffisamment vigilants au remplacement du nom de l’entreprise. Ces constats reflètent une réalité effectivement dommageable pour que la rencontre se fasse, quand bien même l’on pourrait arguer qu’il peut aussi être décourageant de prendre le temps d’adapter chaque candidature lorsque les procédures de présélection sont de plus en plus automatisées. Toujours est-il qu’il reste préférable et plus agréable des deux côtés de sentir l’envie réelle du candidat ou de la candidate d’occuper la fonction ou de rejoindre l’entreprise en question. C’est donc selon la même logique que les candidats peuvent de leur côté également déplorer de voir des annonces imprécises et standardisées, ne disant que très peu de choses voire rien du tout sur le poste ou sur l’organisation. Et l’envie ne leur manque pas dans ce cas de dire à leur tour qu’ils ne retiennent pas la proposition, mais, du fait de leur statut, cela leur est plus difficile. J’ai donc choisi de rédiger cette lettre de réponse (tout sentiment d’exercice exutoire de l’autrice n’est pas entièrement fortuit).

Lire la suite de « Des annonces de postes démotivantes »
Publié dans Astuces pratiques

De la facturation

Alors qu’il est unanimement admis que l’argent est, si ce n’est le nerf de la guerre, essentiel à la (sur)vie de toute activité économique, il est souvent complexe, a fortiori pour les petites entreprises et les indépendants qui ne vendent pas des produits prêts à emporter mais des services autant de fixer leurs tarifs que de recouvrer les sommes dues auprès des clients.

Lire la suite de « De la facturation »
Publié dans Brèves de changement professionnel

De l’envie viscérale de voir la porte du marché du travail se rouvrir

Les périodes de chômage, comme toutes étapes « accidentelles » des parcours professionnels, et qu’elles soient vécues de manière relativement sereine parce que bien accompagnées par l’employeur et liées à des causes non personnelles (difficultés économiques réelles, fin de contrat temporaire…) ou s’imposent de manière brutale, sont toutes ponctuées de hauts et de bas. Des hauts liés potentiellement à l’envie d’en faire une opportunité de mieux s’écouter et d’aller vers une entreprise plus en phase avec ses valeurs ou d’entamer un parcours de reconversion ou de « demi/quart » de reconversion, qui bien que souvent long et non linéaire, s’avèrera vraiment motivant. Et des bas bien sûr du fait des doutes, du constat parfois très objectif d’un marché du travail bouché, ou de la disparition de son métier antérieur nécessitant de changer de voie cette fois de manière subie, souvent sans aide suffisante, et qui hélas concerne particulièrement les professions déjà précaires et les personnes ayant un niveau de formation peu élevé, des refus successifs des candidatures faites, et bien sûr du temps qui s’écoule.  

Lire la suite de « De l’envie viscérale de voir la porte du marché du travail se rouvrir »